Résumé

Arrière-plan & Objectifs : La thrombose récente du système veineux portal (TVP) non maligne non cirrhotique est une maladie rare. Parmi les facteurs de risque de PVT, la maladie à cytomégalovirus (CMV) est généralement répertoriée sur la base d’un petit nombre de cas signalés. Le but de cette étude était de déterminer les caractéristiques et les résultats de la TVP associée à la maladie à CMV.

Méthodes : Nous avons mené une étude rétrospective multicentrique française comparant des patients atteints d’une maladie PVT et CMV récente (“CMV positif” ; n = 23) aux patients avec TVP récente pour lesquels le test CMV était négatif (« CMV négatif » ; n = 53) ou indisponible (« CMV inconnu » ; n = 297).

Résultats : Par rapport aux patients des groupes « CMV négatif » et « CMV inconnu », les patients des groupes « CMV positif” étaient plus jeunes, avaient plus fréquemment de la fièvre et avaient une fréquence cardiaque, un nombre de lymphocytes et des taux sériques d’ALAT plus élevés (p 0,01 pour tous). La prévalence de l’immunosuppression ne différait pas entre les 3 groupes (4 %, 4 % et 6 %, respectivement). L’extension de la TVP était similaire entre les 3 groupes. Treize des 23 patients « positifs pour le CMV » présentaient un autre facteur de risque de thrombose. Outre la maladie à CMV, le nombre de facteurs de risque de thrombose était similaire entre les 3 groupes. L’hétérozygotie pour le variant du gène de la prothrombine G20210A était plus fréquente chez les patients « CMV positif » (22 %) que dans les groupes « CMV négatif » (4 %, p = 0,01) et « CMV inconnu » (8 %, p = 0,03). Le taux de recanalisation n’a pas été influencé par le statut CMV.

Conclusions : Chez les patients avec une TVP récente, les caractéristiques du syndrome de mononucléose devraient faire suspecter une maladie à CMV. La maladie à CMV n’influence pas l’extension de la thrombose ni la recanalisation. Plus de la moitié des patients « CMV positifs » présentent un autre facteur de risque de thrombose, avec un lien particulier avec le variant du gène de la prothrombine G20210A.

Résumé général : Les patients atteints de thrombose du système veineux portal associée au cytomégalovirus (CMV) ont une extension et une évolution de la thrombose similaires à celles des patients sans maladie à CMV. Cependant, les patients atteints de thrombose du système veineux portal associée au CMV ont plus fréquemment le variant du gène de la prothrombine G20210A, ce qui suggère que ces entités agissent en synergie pour favoriser la thrombose.

Liens