Le CRI est heureux d’accueillir deux nouveaux chercheurs

Etienne Becht

Etienne Becht a récemment rejoint l’équipe de Valérie Paradis en tant que Chargé de Recherche (INSERM)

Etienne est un bioinformaticien avec un fort intérêt pour l’immuno-oncologie. La formation de premier cycle d’Etienne est en mathématiques, physique et biotechnologie de l’École Polytechnique et de l’École des Mines de Paris. Il a obtenu un doctorat en immunologie au Centre de Recherche des Cordeliers à Paris sous la direction du Pr. Hervé Fridman sur l’analyse transcriptomique du microenvironnement tumoral des carcinomes rénaux colorectaux et à cellules claires. Pour ce faire, il a développé le logiciel MCP-counter qui estime avec une grande précision l’abondance des populations de cellules immunitaires et stromales à partir du transcriptome global des tissus humains. Il s’installe ensuite à Singapour pour un premier poste postdoctoral dans le laboratoire du Pr. Evan Newell de l’institut Singapore Immunology Network, se concentrant sur l’analyse des données de cytométrie de masse. Là, il a développé l’algorithme Hypergate pour définir informatiquement des stratégies de déclenchement à partir d’ensembles de données de cytométrie de grande dimension, a promu l’algorithme UMAP pour la représentation d’ensembles de données unicellulaires et a participé à l’identification et à la description phénotypique des lymphocytes T CD8+ dits « spectateurs » qui infiltrent les tumeurs mais sont spécifiques à des antigènes non tumoraux. Etienne a effectué un deuxième post-doctorat au Fred Hutchinson Cancer Research Center à Seattle, USA, dans le laboratoire du Pr. Raphael Gottardo, biostatisticien spécialisé dans le développement de nouvelles méthodes informatiques pour l’analyse des données de cytométrie en flux. Là, Etienne a travaillé sur le développement de la méthode Infinity Flow qui fusionne des centaines d’ensembles de données de cytométrie en flux se chevauchant partiellement en utilisant l’apprentissage automatique pour créer une matrice d’expression de protéines unicellulaires pour 1 000 000 de cellules individuelles et environ 300 protéines. Au cours des 3 dernières années, Etienne a travaillé en R&D industrielle bioinformatique chez Servier, sur des projets de recherche de médicaments couvrant l’oncoimmunologie et l’auto-immunité. Il a encadré 2 doctorants CIFRE travaillant sur les biomarqueurs de la réponse au traitement dans la maladie de Sjögren primaire et sur les nouvelles méthodes statistiques pour la déconvolution des transcriptomes en vrac. Dans l’équipe de Valérie Paradis, Etienne appliquera la méthode Infinity Flow à des échantillons de foie et de pancréas humains pour générer leur caractérisation cellulaire complète et comprendre l’évolution du microenvironnement depuis les stades précancéreux jusqu’aux stades précoces et avancés du cancer.

Camille Cohen

Camille Cohen est MD-PhD formé à Paris. En parallèle de sa formation clinique, avec un intérêt particulier pour la gammapathie monoclonale d’importance rénale, il a suivi une formation scientifique axée sur les mécanismes de la progression de la maladie rénale chronique. Après avoir obtenu son doctorat à l’Université Paris Cité dans le laboratoire de Fabiola Terzi à l’INEM, il a rejoint le laboratoire du Dr. Fatima Mechta-Grigoriou à l’Institut Curie à Paris (spécialiste de l’hétérogénéité des fibroblastes dans le micro-environnement du cancer) pour mieux comprendre l’hétérogénéité fibroblastique lors du développement de la fibrose rénale. Ensuite, il a effectué un post-doctorat à l’Université d’Édimbourg, dans le laboratoire de Jeffrey Pollard, pour mieux décrypter l’interaction entre les fibroblastes et les macrophages lors du développement de la maladie rénale chronique. Enfin, de retour en France, Camille Cohen a rejoint le service de néphrologie de l’Hôpital Bichat et le CRI afin de créer son équipe axée sur les complications rénales des dépôts d’immunoglobulines monoclonales. Il a obtenu une subvention « Amorcage de jeunes équipes » de la FRM pour mettre en œuvre ce projet.