Responsable(s)

Présentation

Les principales pathologies liées aux trouble du métabolisme du fer et de l’hème sont : la carence en fer, les anémies microcytaires hypochromes génétiques (sidéroblastique ou non), l’anémie de l’inflammation, les surcharges en fer (les hémochromatoses génétiques et secondaires, les états inflammatoires), et les porphyries.

Nos projets permettent d’explorer:

  • Axe 1. Métabolisme du fer et hepcidine dans le contrôle des infections bactérienne et dans les conditions inflammatoires (rôle de l’hepcidine hépatique versus l’hepcidine locorégionale).
  • Axe 2.La physiopathologie et le traitement des crises de porphyries hépatiques et la réponse au traitement par l’hème exogène, en relation avec le stress oxydatif et l’inflammation.
  • Axe 3. le fer, l’hème et l’érythropoïèse au cours des porphyries érythropoïétiques et des anémies microcytaires génétiques liées à des anomalies du métabolisme du fer.

L’équipe HIROS regroupe des médecins et des chercheurs spécialistes des métabolismes de l’hème et du fer et des pathologies qui s’y rattachent. Nos projets sont dictés en grande partie par nos rattachements au Centre Français des Porphyries (Hôpital Louis Mourier), à l’activité de diagnostic moléculaire des anémies microcytaires rares APHP HUPNVS (Hôpital Bichat), au réseau « Epnet», au laboratoire d’excellence GRex, et au DHU Unity.

L’équipe HIROS est responsable de la plateformeBiochimie & Métabolisme (http://www.cri1149.fr/v3/) et du dosage de l’hepcidine par spectroscopie de masse LCMSMS.

Le fer est présent dans toutes les cellules de l’organisme et nécessaire à la vie. Il est utilisé essentiellement pour assurer le transport d’oxygène, les réactions de transfert d’électrons, ou la synthèse d’ADN. Cependant, le fer en excès représente un danger réel pour la cellule puisqu’il est capable de générer des radicaux libres (ou « reactive oxygen species » (ROS)) au cours de la réaction de Fenton (réaction chimique, qui produit à partir de fer et de l’eau oxygénée du radical hydroxyle : H2O2 + Fe2+®OH + OH· + Fe3+).

Le fer est utilisé majoritairement pour produire l’hème, le groupement prosthétique des hémoprotéines protéines (hémoglobine, myoglobine, cytochrome P450, …). Le fer est véhiculé dans le plasma lié à la transferrine et son renouvellement est assuré d’une part par l’absorption intestinale à partir de l’alimentation au niveau des entérocytes duodénaux (environ 2 mg de fer absorbé par jour) et par le recyclage du fer héminique par les macrophages tissulaires, suite à la phagocytose des globules rouges sénescents (environ 25 mg/jour). L’absorption intestinale du fer et le recyclage du fer héminique par les macrophages sont contrôlés par l’hepcidine, un petit peptide synthétisé et sécrété par le foie.

L’expression de l’hepcidine est régulée positivement par la surcharge en fer et l’inflammation, et négativement par la carence en fer et par toutes les situations qui stimulent l’érythropoïèse. Le dosage de l’hepcidine disponible depuis peu apporte un nouvel outil permettant d’optimiser le traitement par fer intraveineux des anémies, en particulier dans les situations inflammatoires. L’hepcidine est exprimée aussi dans de nombreux autres organes, quoique à un niveau beaucoup plus faible. Elle pourrait y jouer un rôle de défense anti-bactérienne.